Le microbiote : ces petites bêtes qui vous veulent du bien !

Le microbiote : ces petites bêtes qui vous veulent du bien !

Le microbiote :

ces petites bêtes qui vous veulent du bien

Il pèse environ 2kg, vit dans votre tube digestif, et se nourrit de ce que vous mangez… C’est ? C’est ? Le microbiote intestinal. Les bactéries qui le composent sont plus nombreuses que les cellules de votre organisme (1014 ) et vivent en parfaite harmonie avec nous.

Quelle est la composition du microbiote intestinal ? Quel rôle joue-t-il ?  Comment entretenir cette flore et quels sont les bénéfices santé ?

1. Qu’est-ce que le microbiote intestinal ?

Le microbiote est l’ensemble de la flore bactérienne qui tapisse le tube digestif de la cavité bucale au colon. Les micro-organismes qui la composent vivent en symbiose avec l’hôte et jouent un rôle dans divers fonctions de l’organisme. Le microbiote comprend plus de 1000 espèces différentes. Certaines sont communes à tous les individus et d’autres sont spécifiques (les 2/3 des micro-organismes) même si les fonctions restent similaires.

Ce microbiote se forme tout au long de la vie. Dans l’utérus de la mère, le tube digestif de l’enfant est stérile. Il ne contient aucun micro-organisme. La première contamination se fait lors de la naissance. Et le mode d’accouchement a déjà une influence sur le type de bactéries qui vont coloniser le tube digestif.

Ensuite, le type d’allaitement (maternel ou  artificiel) et les micro-organismes de l’environnement vont influencer la constitution de la flore de l’enfant. Rien ne sert donc de tout stériliser pour son bébé : les bactéries de son environnement forge sa flore intestinale. Ce qui influence également la mise en place et la composition du microbiote : les traitements notamment antibiotiques, utilisés précocement dans la vie de l’enfant.

Vers 2-3 ans, la composition devient stable sur le plan fonctionnel. Elle pourra se modifier temporairement suite à une infection, un traitement, mais retrouvera son état en quelques semaines.

 2. Quels sont les rôles du microbiote intestinal ?

Ses fonctions sont multiples et ne concernant pas uniquement la digestion et la dégradation des aliments.

-        Fonction de protection de l’organisme

En début de vie, les bactéries intestinales vont participer à la maturation du tube digestif et du système immunitaire. Des études faites sur des souris axéniques (sans microbiote) montrent que l’absence de micro-organismes au niveau intestinal engendre des anomalies de développement et maturation du système immunitaire intestinal. Et mieux encore, ces anomalies peuvent être facilement réparées en inoculant la flore d’une souris « normale » à ces souris axéniques.

Cette flore commensale stimule la production de cellules de l’immunité (lymphocytes) et de facteurs anti-microbiens par les cellules épithéliales de l’intestin et ainsi le préparer à se défendre contre les éléments pathogènes.

Les bactéries intestinales jouent également un rôle barrière par rapport aux bactéries pathogènes. En colonisant le tube digestif humain et en utilisant les substrats qui s’y trouvent, elles empêchent la prolifération de micro-organismes pathogènes pour l’homme. Elles vont, en quelque sorte, s’approprier les lieux et empêcher l’accès à d’autres bactéries.

-        Fonction métabolique

La digestion dans le tube digestif est réalisée en partie par les enzymes libérées dans la lumière intestinale. Mais cette dégradation n’est que partielle et certains substrats ne sont pas dégradés avant d’arriver dans le colon. C’est là que la flore intestinale intervient. Il s’agit de fibres fermentescibles que l’homme ne peut digérer. Mais aussi d’hydrogène produit par la fermentation ainsi que certains peptides et protéines. La flore métabolise aussi les lipides, et les acides gras ainsi transformés seront utilisés comme substrats énergétiques pour l’hôte.

Le rôle du microbiote ne s’arrête pas là, puisqu’il permet également de synthétiser certaines vitamines (B8, K…) et d’absorber certains minéraux.

-        Fonctions émergentes

L’étude relativement récente du microbiote a permis de mettre en évidence le lien entre la composition de la flore intestinale et l’apparition de certaines pathologies. Par exemple, l’obésité, le syndrome métabolique, les maladies inflammatoires ou encore l’autisme et les pathologies du système nerveux. Bien que des recherches soient encore nécessaires dans le domaine, cela offre de nouvelles pistes de traitement.

3. Quand le microbiote se dérègle…

La dysbiose est un déséquilibre du microbiote associé à des effets néfastes pour l’hôte. Pourquoi cet équilibre se rompt ? Différentes causes sont possibles :

-        Infections virales, microbiennes, ou parasitaires

-        Changement de l’environnement ou de l’alimentation

-        Déficit immunitaire

-        Traitement médicamenteux (antibiotiques)

Ce déséquilibre entraîne alors des troubles digestifs. Dans la plupart des cas, il s’agit de diarrhées (infectieuses ou consécutives à un traitement antibiotiques).

Il semble que la dysbiose soit à l’origine d’autres pathologies digestives plus graves (syndrome de l’intestin irritable) ou de maladies inflammatoires (maladie de Crohn, rectocolite hémorragique).

  1. Comment entretenir sa flore ?

Deux possibilités : les probiotiques et les prébiotiques

Un probiotique est un micro-organisme vivant qui, ingéré en quantité suffisante par l’homme, aura un bénéfice santé. Plusieurs critères définissent les probiotiques :

-        L’origine humaine : la souche utilisée doit être présente naturellement chez l’homme

-        L’innocuité

-        La survie dans le tube digestif

-        Le bénéfice santé

La prise de probiotiques est recommandée en cas de dysbiose, après une infection, ou un traitement médicamenteux lourd ou d’antibiothérapie. Mais également à l’automne, par exemple, en prévention des infections hivernales.

Les prébiotiques, quant à eux, sont des substrats sélectifs de certaines souches bactériennes bénéfiques présentes dans le colon. Ce sont des glucides (oligosaccharides, inuline…), fermentescibles et résistants (qui ne seront pas dégradés dans l’estomac et l’intestin). On les retrouve naturellement dans les fruits et légumes. La prise de prébiotiques permet donc de sélectionner une ou des espèces bactériennes et d’en faciliter la croissance.

Pro et prébiotiques sont donc complémentaires. Il s’agit, dans un premier temps, d’ensemencer les souches dans l’intestin et ensuite de permettre sa prolifération. Ce, afin de reconstituer un microbiote qui pourra remplir toutes ses fonctions de protection.

Nous n’en sommes qu’aux prémices de l’exploration de l’écosystème intestinal et déjà celle-ci offre des pistes très intéressantes dans la compréhension de certaines pathologies mais aussi des voies de traitements. Au vu de son rôle déterminant pour la santé, à nous de prendre soin de ces petits être que nous hébergeons.

 

Un grand merci à Safia Bara, Diététicienne, pour cet article riche en informations.

 

Safia Bara

Diététicienne

Laisser une réponse

Votre adresse eMail ne sera pas publiée. Les champs marqués sont obligatoires. *

*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <strong>
<abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite="">
<cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike>