Education Thérapeutique du Patient : Prendre sa maladie en main

Education Thérapeutique du Patient : Prendre sa maladie en main

15 millions de malades chroniques en France

Diabète, obésité, asthme, Parkinson, insuffisance rénale… Une maladie chronique est une pathologie qui nécessite un traitement sur une péridoe longue : plusieurs années. Elle ne se traite donc pas comme une maladie aigu. L’administration d’un traitement n’est pas suffisante. Pour faciliter l’observance de celui-ci, le patient doit comprendre sa maladie, apprendre à vivre avec, appréhender son évolution, connaître les risques, comprendre son traitement etc… Mais il est difficile de donner toutes ces informations lors d’une simple consultation. C’est là que l’éducation thérapeutique prend tout son sens.

Se prendre en charge

Selon l’OMS, « l’ETP vise à aider le patient à acquérir ou maintenir les compétences dont il a besoin pour gérer au mieux sa vie avec une maladie chronique. »

L’ETP fait partie intégrante de la prise en charge du patient. Elle a, entre autres, pour objectifs :

-       d’aider le patient et sa famille à comprendre sa maladie et son traitement

-       d’amélirer sa qualité de vie

-       d’acquérir des compétences d’autosoin et d’adaptation vis à vis de sa maladie.

Comment s’organise l’ETP ?

Les programmes d’ETP sont en général mis en place dans les services de maladies chroniques (diabétologie, néphrologie, neurologie…). L’équipe pluridisciplinaire (médecin, infirmier, aide-soignant, diététicien, psychologue…) propose un programme d’éducation aux patients dont la maladie vient d’être diagnostiquée, suivant l’évolution de la pathologie ou lors d’un changement de protocole de soin.

  1. Le diagnostic éducatif est établi en fonction des besoins/ attentes du patient.
  2. L’équipe propose un programme éducatif adapté.
  3. Les séances sont plannifiées (séances collectives ou individuelles).
  4. Une évaluation est réalisée en fin de session.

« J’ai été rassuré »

« Lorsque mon diabète a été diagnostiqué en juin 2015, j’ai été hospitalisé pendant une semaine en service de diabétologie du CHU », nous explique ce clermontois de 23 ans.

« Chaque jour, j’avais une à deux heures d’entretien avec des professionnels de santé : médecin, infirmière, diététicienne. On m’a apporté des connaissances sur cette maladie et des attitudes à adopter.

« Concrètement, j’ai appris à gérer mon traitement à l’insuline : où me piquer ? Quand ? Quelle dose ? On m’a également expliqué les conséquences du diabète sur mon organisme à l’aide de cartes et de fiches. Et j’ai appris aussi à adapter mon alimentation : privilégier certains aliments, calculer la quantité de glucides, adapter mes consommations à ma glycémie… Tout cela a été abordé de manière très pratique. »

« Cela fait beaucoup d’informations mais le personnel a bien pris le temps de répondre à toutes mes interrogations et j’ai été rassuré. »

« Je pense que ce type d’atelier est indispensable pour bien comprendre sa maladie, les risques que l’on encoure mais aussi comprendre que l’on peut vivre « normalement ». Même pour l’entourage du malade : c’est important de savoir quoi faire en cas d’hypoglycémie par exemple.

Quand on découvre que l’on est atteint d’une maladie chronique, c’est notre monde qui s’effondre. On pense à tout ce qui va changer, tout ce qu’on ne pourra plus faire. On est perdu et on a besoin d’être rassuré afin d’accepter et aller de l’avant. »

 

 ==> ARH Conseil vous propose une formation sur l’éducation thérapeutique du patient. Contactez-nous !

 

Merci à Safia Bara, Diététicienne, pour ces articles de qualité

 

Source image : cht-ranceemeraude.fr

Laisser une réponse

Votre adresse eMail ne sera pas publiée. Les champs marqués sont obligatoires. *

*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <strong>
<abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite="">
<cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike>